P
U
B
P
U
B
Portrait :Martine Paquin, membre du Club International des Jeunes à Paris

Martine Paquin, 25 ans, salarié québécoise et membre du Club International.

Martine est née il y a vingt cinq ans à Montréal au Canada. En France depuis la rentrée 2004 pour finir ses études (Master de commerce et management international à Paris 2), elle est désormais salariée pour une entreprise américaine. Les premiers mois en France n'ont pas été roses mais elle a réussie à inversé la tendance pour évoluer désormais dans un milieu où elle se sent bien. Portrait d'une working girl qui ne se prend pas au sérieux.

Le temps presse, nous rencontrons Martine au restaurant de la société où elle travaille lors de sa pause déjeuner. Maîtrisant déjà les expressions cultes des parisiens, elle s'amuse à charrier amicalement ses collègues qui passent avec leur plateau repas à la main. Décoiffante mais bien coiffée, elle répand sa bonne humeur dans tout le restaurant.

un petit Québec à Paris

Martine est comme un poisson dans l'eau, elle évolue en confiance. Il faut dire qu'elle a réussi à se refaire un petit Québec à Paris. Elle vit chez un Français «  en amour » avec les québécois et son patron est originaire de la Belle Province. Ah bon? il y a donc eu du piston ? : «  Pas tout à fait, c'est une suite de chances qui m'a permis de trouver un stage ici, précise-t-elle. Ensuite, ils m'ont proposé de m'embaucher, je vais même avoir la possibilité de faire du terrain  » et de voir du pays puisqu'on lui a proposé une mission à Clermont Ferrant (au centre de la France). La météo ne la dépaysera pas.

Paris c'est beau, mais…

Elle a été sélectionnée pour être « l'ambassadrice » de l'Ecole Supérieur de Gestion de l'Uqam (Université Québécoise A Montréal) à Paris. La jeune salariée prend son rôle très à cœur. Elle est d'ailleurs fidèle à ses origines et a passé sa première année parisienne à la MEC ( Maison Etudiante du Québec) même si elle reconnaît si être ennuyée.

Elle dispense d'ailleurs ses conseils à Pierre, un étudiant de l'Uqam, arrivé en septembre 2005, à qui elle donne les bons tuyaux et qui est aujourd'hui stagiaire à ses cotés. Elle est loin d'avoir oublié son Québec natal où elle a de plus en plus envie de rentrer. « Paris, c'est beau, c'est sur mais… (silence) je ne suis pas tomber en amour.  »

«  Au bout de deux mois en France, j'ai failli rentrer. J'ai eu du mal au début. J'ai trouvé les parisiens méfiants, pas très ouverts. L'administration en France est…lourde. Et la vie est chère. Au travail, il n'y a pas eu de soucis pour nouer des contacts alors qu'à la fac c'était difficile. En plus, à peine arriver, je me suis faite agresser par une bande de voyoux dans le métro. Ils ont pris mon sac à mains, mon portable, m'ont insulté et donné des coups. Cette agression était gratuite et personne n'a bougé dans le wagon. »

à l'aise dans un milieu cosmopolite

Depuis, la chance a tourné pour Martine, et les contacts ne se sont pas limités à ces rencontres malheureuses. Avant de connaître le Club International des Jeunes à Paris, Martine a fréquenté la Mec au sein de la Cité Universitaire. «  Je me suis tout de suite plu dans ce milieu cosmopolite où l'on côtoie des Marocains, des Espagnols, des Libanais, des Italiens, Suédois, Iraniens de tous âges évoluants dans des milieux différents. » Même si elle n'est pas la plus présente, Martine garde le contact avec le Club International.

avec le Club International c'est du « package deal »

«  J'ai visité Reims, les Châteaux de la Loire, Amsterdam avec le Club, mais j'avais déjà voyagé avant de connaître l'association. Seuls et avec des amis, je suis allé à Strasbourg, Bordeaux, Lille, Toulouse et Rouen. La différence c'est qu'avec le Club, c'est du « package deal », du tout compris. Tu n'as pas à te soucier de l'organisation. Du temps libre est prévu, ce qui nous laisse le temps de discuter et de rencontrer de nouvelles têtes. Et les prix sont intéressants ! (éclats de rire) »

Guillaume Théchi

Accueil